Tout pour les médias domestiques - Avis | Conseils pour acheter | conception | Nouvelles technologiques

Examen du caisson de basses PSB SubSeries 450

0

Bien qu’il s’agisse plus d’une phobie que d’un jugement juste, le traitement du signal numérique a quelque chose d’une mauvaise réputation parmi les audiophiles, mais la plupart des concepteurs de subwoofers rouleront des yeux si vous proclamez les maux du DSP en leur présence. Le DSP, sans doute, présente encore plus d’avantages pour les subwoofers que pour les autres haut-parleurs. En utilisant DSP, un concepteur de subwoofer peut fournir des produits avec une réponse presque parfaitement plate et peut pousser le haut-parleur et l’amplificateur jusqu’à leurs limites, mais pas au-delà, obtenant ainsi la sortie utile maximale pour une conception donnée. Ce type de précision est peu pratique et parfois impossible avec des circuits analogiques. C’est pourquoi PSB a finalement mordu la balle et créé un subwoofer réglé numériquement, le SubSeries 450 à 1 499 $.

Le SubSeries 450 contient un pilote actif de 12 pouces alimenté par un amplificateur de classe D (numérique) de 400 watts RMS, ainsi que deux radiateurs passifs de 10 pouces. C’est quelque chose que j’aime voir. Souvent, les concepteurs utilisent un seul radiateur passif qui a le même diamètre que le pilote actif. Bien que cet arrangement puisse sembler plus agréable et coûter moins cher, c’est un compromis. Un radiateur passif est là pour renforcer les basses fréquences en dessous de la fréquence de résonance du haut-parleur. Étant donné que le radiateur reproduit des fréquences plus basses, il doit avoir une zone de rayonnement plus importante que le pilote actif. Combinés, les radiateurs doubles de la SubSeries 450 ont environ 39 % de surface de rayonnement en plus que le pilote actif unique. L’utilisation des radiateurs au lieu des ports permet au SubSeries 450 d’être relativement compact, à 16,25 x 15,75 x 16,5 pouces.

Les fonctionnalités incluses sur le SubSeries 450 sont au tarif standard : entrées et sorties de ligne stéréo, entrée et sortie LFE, entrées de niveau de haut-parleur stéréo et boutons pour le volume, la phase et la fréquence de croisement (50 à 150 Hz). Un avantage intéressant ici est que les sorties ligne stéréo sont filtrées en passe-haut de 12 dB par octave en dessous de 80 Hz, ce qui signifie que si vous envoyez ce signal à votre amplificateur principal, les basses seront filtrées de vos haut-parleurs principaux. Et cela, à son tour, signifie que le réglage de votre crossover sera plus facile et que vos haut-parleurs principaux joueront plus fort avec moins de distorsion. Si vous utilisez un préampli stéréo qui, comme la plupart des préamplis stéréo, n’a pas de crossover de subwoofer intégré, c’est un énorme avantage.

Il existe également une prise d’entrée de 3,5 mm pour un signal de déclenchement marche/arrêt de 12 volts provenant d’un récepteur AV, d’un préampli ou d’un système domotique, ainsi qu’une prise USB utilisée pour alimenter un récepteur audio sans fil en option.

Examen du caisson de basses PSB SubSeries 450Le branchement
Comme je le fais avec la plupart des sous-marins, j’ai placé le SubSeries 450 dans le "point idéal du subwoofer" de ma pièce, une position où la plupart des sous-marins ont tendance à mieux sonner depuis ma position d’écoute habituelle. (Dans ma chambre, c’est juste à gauche de l’enceinte du canal droit.) J’ai connecté le subwoofer à deux systèmes différents. Le premier était un système à deux canaux utilisant un préampli/DAC Classé CP-800, un ampli stéréo Classé CA-2300 et des haut-parleurs Revel Performa3 F206, connectés à l’aide de câbles d’interconnexion et de haut-parleurs Wireworld Eclipse 7. Le second était un système de cinéma maison utilisant un récepteur AV Sony STR-ZA5000ES et des haut-parleurs NHT Media Series, comprenant deux tours MS, deux satellites MS et un centre MS. Dans le préampli CP-800 et le récepteur STR-ZA5000ES, j’ai réglé le point de croisement sur 80 Hz.

Je dois noter que la SubSeries 450 n’inclut pas de télécommande, pas de modes DSP spéciaux pour les films ou la musique, et pas d’égaliseur de pièce automatique, ce qui rend son ensemble de fonctionnalités plutôt spartiate compte tenu du prix de 1 499 $.

Performances
Je commence généralement mes évaluations d’enceintes et de subwoofers avec de la musique, mais j’étais plus curieux de connaître les performances de la SubSeries 450 avec des films d’action. Les bandes sonores de films d’action poussent souvent les subwoofers compacts comme celui-ci au-delà de leurs limites. La plupart de ces sous-marins utilisent des radiateurs passifs, qui ne produisent pas le souffle couramment entendu avec les ports, mais peuvent produire des bruits de claquement et de cliquetis qui sont (à mon avis) souvent plus répréhensibles que le bruit des ports.

J’ai donc commencé par diffuser The Finest Hours, un film récent sur des marins de la Garde côtière sauvant l’équipage d’un pétrolier échoué lors d’une forte tempête. Je savais que la bande-son de ce film inclurait beaucoup d’énergie dans les basses profondes, alors j’ai joué le système fort et augmenté le niveau du subwoofer de trois dB supplémentaires. Bien qu’environ un tiers de la bande sonore du film soit dominée par les crashs d’ondes colossales, je n’ai remarqué aucune distorsion de la SubSeries 450 et aucun signe de détresse dans les radiateurs passifs. Cela, je pense, montre les avantages du traitement numérique du signal; Paul S. Barton était, apparemment, capable d’extraire le maximum de puissance possible du pilote et des radiateurs sans jamais les pousser au-delà de leurs limites, ce que je n’ai jamais vu accompli avec des circuits analogiques.

Bien sûr, Les Belles Heures est un nouveau film dont je ne connais pas bien la bande originale. Ainsi, je savais qu’il était de mon devoir de défier le SubSeries 450 avec du matériel dont je savais qu’il pousserait son pilote et son ampli à leurs limites. J’ai donc choisi les chapitres "Face to Face" et "Depth Charged" du Blu-ray U-571, que j’ai utilisé pour tester d’innombrables produits. "AGRÉABLE!" J’ai écrit quand j’ai entendu le SubSeries 450 reproduire le son du canon de pont du sous-marin titulaire. Certains sous-marins se compriment sur le son du canon, le laissant ressembler plus à un "coup" qu’à un boom, mais la sous-série a donné au pistolet la plénitude appropriée. C’était tout aussi impressionnant en reproduisant les sons des grenades sous-marines quelques minutes plus tard. Encore une fois, j’ai entendu un boom puissant, serré et contrôlé avec précision plutôt qu’un coup. Je savais que la SubSeries 450, comme presque tous les subwoofers amplifiés, dispose d’un limiteur interne ; cependant, malgré les exigences du U-571, je n’ai jamais pu entendre le limiteur se déclencher.

Je pouvais dire que le SubSeries 450 était un sous-marin de cinéma maison étonnamment bon, compte tenu de sa taille, mais bien sûr, je me demandais comment il se comporterait avec une musique exigeante, qui taxe rarement la puissance d’un sous-marin mais révèle sa fidélité. "52nd Street" du CD de David Chesky The Body Acoustic m’a dit. Ce CD, comme la plupart des enregistrements de Chesky, présente des instruments acoustiques enregistrés naturellement avec peu de post-traitement – dans ce cas, une contrebasse jouant une ligne rapide. De nombreux sous-marins ont tendance à brouiller le son d’une contrebasse enregistrée acoustiquement dans la boue en raison de leurs résonances inhérentes, qui font souvent sonner les notes graves d’une contrebasse plus longtemps qu’elles ne le devraient. Avec la SubSeries 450, les notes de fond de la contrebasse sonnaient parfaitement contrôlées ; Je pouvais entendre la résonance naturelle de la contrebasse sans boom, retard ou décalage ajouté.

"Dimples" du CD Memphis Blood de James Blood Ulmer est un autre type d’enregistrement de contrebasse. On dirait que le bassiste utilise un micro sur la basse, soit à la place, soit en plus d’un microphone. Le micro améliore les notes graves de la basse, qui ne sont pas fortes en elles-mêmes ; le résultat est beaucoup plus de puissance à basse fréquence. Avec certains sous-marins, la basse dans ce cas commence à sonner comme deux instruments différents : les basses fréquences les plus puissantes, plus électriques, avec les harmoniques plus acoustiques. Avec le SubSonic 450, la contrebasse sur "Dimples" sonnait complètement intégrée, encore une fois sans boom, retard ou décalage ajouté. "Cette chose commence vraiment et s’arrête rapidement," notai-je.

Pourtant, un autre style de basse est évident sur "Dirty Girl" de Do You Get the Blues de Jimmy Vaughn. C’est du blues qui marche droit, probablement enregistré sur une basse électrique Fender Precision à quatre cordes. Ce n’est pas ce que nous considérons généralement comme une ligne de basse "mélodique", mais parce qu’elle utilise principalement des tonalités d’accords, avec des intervalles harmoniques relativement grands, les tonalités fondamentales se situent partout entre 40 et 130 Hz environ. Ainsi, il couvre la deuxième octave de basse et la majeure partie de la troisième. Une fois de plus, chaque note sonnait super propre, sans résonance apparente, sans limiteur et sans accentuation de notes particulières. C’était juste un groove blues texan parfait. (Le lien ici est vers une version live, pas la version studio que j’ai utilisée.)

Cliquez sur la page deux pour les mesures, les inconvénients, la comparaison et la concurrence et la conclusion…

Mesures
Voici les mesures pour le subwoofer PSB SubSeries 450.

Examen du caisson de basses PSB SubSeries 450

Réponse en fréquence
±3,0 dB de 26 à 192 Hz

Le graphique montre la réponse en fréquence du SubSeries 450 avec le filtre passe-bas contourné (tracé bleu) et avec le crossover interne réglé sur 80 Hz (tracé vert). Il est facile dans ce graphique de séparer la réponse du haut-parleur (la bosse centrée à 80 Hz) avec la résonance des radiateurs passifs (le pic à 30 Hz). En dessous de la résonance des radiateurs, la réponse chute rapidement – environ -36 dB par octave, ce qui suggère qu’un filtre subsonique électronique de -12 dB/octave est en place, en plus de l’atténuation naturelle de -24 dB/octave des radiateurs. (J’ai confirmé ce résultat avec une mesure du plan de masse, qui est probablement un peu moins précise dans ce cas que les mesures au micro rapproché ; elle a montré une extension des basses fréquences de 28 Hz.) Cette forte atténuation explique pourquoi le SubSeries 450 n’a pas de réponse mesurable à 16 Hz sur les mesures de sortie CEA-2010… ET cela explique également pourquoi je n’ai entendu aucun claquement, cliquetis ou distorsion des radiateurs même lorsque j’ai poussé le sous-marin au-delà de son limites. J’ai mesuré une atténuation passe-bas d’environ -16 dB/octave lorsque j’ai engagé le crossover interne du sous-marin, et le point mesuré de -3 dB au réglage de crossover à 80 Hz était de 77 Hz.

Certains des résultats du CEA-2010 sont impressionnants, d’autres non. Compte tenu de la taille du SubSeries 450, son résultat à 63 Hz est très impressionnant ; il offre ici +1,5 dB de sortie en plus que le Paradigm Prestige 2000SW, beaucoup plus grand et plus coûteux. C’est particulièrement intéressant pour les bandes sonores de films, car la région autour de 63 Hz est l’endroit où vous obtenez beaucoup de punch dans les effets sonores utilisés pour les explosions, les épaves de voitures et d’autres impacts. Et ce n’est pas comme si PSB venait de relâcher le limiteur interne pour obtenir un bon résultat ici, car la distorsion harmonique totale à cette fréquence n’était que de 9,4 %. (Cela peut sembler beaucoup, mais la distorsion du subwoofer est loin d’être aussi audible que, disons, la distorsion d’un amplificateur à 1 kHz ; tout ce qui est inférieur à 10 % avec un subwoofer est en fait assez propre.)

Cependant, la taille du SubSeries 450, ses radiateurs passifs et son filtrage subsonique signifient que la sortie à 20 Hz, bien qu’assez bonne pour un sub de ses dimensions, est de -13,7 dB inférieure à celle du Prestige 2000SW beaucoup plus grand, et comparativement plus faible. à cette fréquence que ce que j’ai mesuré à partir des gros sous-marins (et dans certains cas moins chers) de spécialistes tels que SVS, Power Sound Audio et Hsu Research. Donc, fondamentalement, ce que vous obtenez avec le SubSeries 450 en termes de sortie est quelque chose de proche de la classe mondiale dans les graves médiums et à peu près le meilleur que vous puissiez attendre d’un petit sous dans les graves inférieurs.

Voici comment j’ai fait les mesures. J’ai mesuré la réponse en fréquence à l’aide d’un analyseur audio Audiomatica Clio FW 10 avec le microphone de mesure MIC-01. J’ai rapproché le woofer et les radiateurs passifs, mis à l’échelle et additionné les résultats, lissé la courbe à 1/12ème d’octave. J’ai également effectué une mesure du plan de masse en guise de sauvegarde. J’ai effectué des mesures CEA-2010A à l’aide d’un microphone Earthworks M30 et d’une interface M-Audio Mobile Pre USB avec le logiciel de mesure CEA-2010 exécuté sur le progiciel scientifique Wavemetric Igor Pro. J’ai pris ces mesures à une sortie de crête de deux mètres. Les deux ensembles de mesures que j’ai présentés ici – CEA-2010A et méthode traditionnelle – sont fonctionnellement identiques, mais la mesure traditionnelle utilisée par la plupart des sites Web audio et de nombreux fabricants rapporte des résultats à l’équivalent RMS de deux mètres, soit -9 dB inférieur au CEA -2010A. Un L à côté du résultat indique que la sortie a été dictée par le circuit interne du subwoofer (c’est-à-dire le limiteur) et non par le dépassement des seuils de distorsion CEA-2010A. Les moyennes sont calculées en pascals. (Voircet article pour plus d’informations sur le CEA-2010.)

L’inconvénient
Le SubSeries 450 est incroyablement puissant pour sa taille, mais il ne peut pas fournir les basses ultra-profondes et tremblantes que de nombreux sous-marins plus grands peuvent offrir. Dans les scènes du U-571 que j’ai jouées, il y a une partie où le sous-marin passe sous un destroyer. Les sons du moteur du sous-marin dans cette scène sont extrêmement graves et ont tendance à déformer les subwoofers et/ou à faire vibrer leurs ports ou leurs radiateurs passifs. Le SubSeries 450 n’a pas montré une telle détresse, mais il n’a pas non plus secoué le sol. Je pouvais entendre les vibrations du moteur du sous-marin, mais je ne pouvais pas vraiment les sentir.

Je suppose que certains fans de R&B, de rock ou de hip-hop préféreraient un sous-marin qui sonne un peu "plus lâche" – un qui a un peu plus de résonance et de boom. Par exemple, le son était un peu maigre quand j’ai joué "The Immigrant Song" de Led Zeppelin III. La reproduction de la basse électrique et de la grosse caisse semblait précise, mais ce n’était pas aussi amusant que de l’entendre à travers un sous-marin plus gros. Cependant, le SubSeries 450 est évidemment destiné à ceux qui ont un goût raffiné en matière de son, donc se plaindre qu’il ne sonne pas assez gros, c’est un peu comme dire que votre steak a besoin de ketchup.

Comme je l’ai déjà noté, la SubSeries 450 n’a pas de fonctionnalités sophistiquées. Mais pour la plupart, je ne considère pas ceux nécessaires. Ce serait bien d’avoir une fonction d’égalisation automatique de la pièce, mais tous les sous-marins que j’ai essayés avec de bonnes fonctions d’égalisation automatique de la pièce (qui incluent le kit Perfect Bass de Paradigm, le Digital Drive + de Velodyne et le système utilisé dans le Thiel SmartSub 1.12) coûte beaucoup plus cher que le SubSeries 450. Bien sûr, la plupart des récepteurs et de nombreux processeurs surround ont un égaliseur de pièce automatique intégré, et vous pouvez également ajouter un boîtier d’égalisation tiers tel que ceux proposés par MiniDSP.

Comparaison et concurrence
Voyons, quelles sont vos autres options pour environ 1 500 $? Il y a le REL S/2 pour 1 549 $. je ne l’ai pas testé; mais, étant donné que son pilote actif est plus petit (10 pouces) et qu’il n’a qu’un radiateur passif de 10 pouces et un ampli de 250 watts, il est difficile d’imaginer que le S / 2 satisfasse les fans de home cinéma sérieux. Bien sûr, les REL sont souvent présentés comme "musicaux", mais ma supposition éclairée est que le fait que le S / 2 sonne ou non plus musical que le SubSeries 450 dépend plus de la façon dont vous configurez le sous-marin que du caractère sonore réel du sous. Il est important de noter que, comme le S/2, le SubSeries 450 possède des entrées de niveau haut-parleur, bien qu’il ne vous permette pas de mélanger un signal LFE comme le font les sous-marins REL.

De même, Sumiko a son nouveau subwoofer S.10 ; avec un pilote de 12 pouces, un radiateur de 12 pouces et un ampli de 500 watts, il semble équipé pour défier la fidélité et la puissance du SubSeries 450, et il semble avoir la même configuration d’entrée que le REL S/2. Je ne l’ai pas testé, et aucun prix n’est encore disponible. Considérant les listes S.9 pour 999 $, le S.10 devrait se situer quelque part dans la fourchette de prix de la sous-série 450.

Ensuite, bien sûr, vous avez des produits de spécialistes du subwoofer tels que SVS, Power Sound Audio et Hsu Research. Un exemple est le SVS PB12-Plus, un sous-marin porté à 1 399 $ avec un pilote de 12 pouces et un ampli de 800 watts. Ce sous-marin combine un excellent punch et une excellente définition avec une sortie de basses profondes exceptionnelle. Il est difficile de critiquer le PB12-Plus sur quoi que ce soit, sauf qu’il est 2,7 fois plus grand que le SubSeries. Ou il y a le Power Sound Audio S3600i à 1 649 $, à bien des égards le sous-marin le plus incroyable que j’ai testé, mais il est encore plus grand que le PB12-Plus, et sa finition noire froissée le fait ressembler à un haut-parleur de sonorisation.

Conclusion
Ce n’est pas la critique que je m’attendais à écrire. En voyant la taille et le prix du SubSeries 450, j’ai pensé que j’écrirais une critique qui dirait ce que je dis habituellement à propos des sous-marins compacts et/ou audiophiles – quelque chose comme "Il se marie bien avec les haut-parleurs satellites et sonne bien défini, mais il n’a pas la puissance et le coup de pied que veulent les fans de home cinéma."

Le SubSeries 450 n’est pas comme ça. Non, il n’a pas l’incroyable puissance ultra-basse fréquence des gros subwoofers de tous les spécialistes des subwoofers. Mais il a assez de puissance pour reproduire tous les effets sonores à basse fréquence sauf les plus extrêmes dans les bandes sonores de films à volume élevé avec une faible distorsion, et je n’ai trouvé aucun matériau capable de pousser le SubSeries 450 au-delà de ses limites. De plus, il a une définition et une précision de hauteur au moins égales à celles de tous les sous-marins que j’ai essayés, ET il est suffisamment compact et beau pour être le bienvenu dans la plupart des salons. Aucun des centaines de subwoofers que j’ai testés ne peut vraiment tout faire, mais le SubSeries 450 est aussi proche de cette description que tous ceux que j’ai trouvés.

Source d’enregistrement: hometheaterreview.com

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Plus de détails